Présentation du blog

Mes carnets de voyages en Asie du Sud-Est
Ce blog est consacré à mes voyages en Asie du sud-est. Ce n'est que mon journal de bord. S'il comporte de nombreuses infos utiles, je ne prétends pas donner des conseils aux voyageurs. Il existe une fonction de recherche dans la colonne de droite qui vous permet de trouver des thématiques, ainsi qu'une fonction de traduction. Mes blogs ne sont que des récits, j'y relate mes aventures, mes impressions, mes rencontres.

Cela me fait tellement plaisir quand je voyage de recevoir des nouvelles ou un petit mot gentil. Et même après mes voyages, car ce blog représente beaucoup de travail. C'est le moyen le plus facile pour moi pour communiquer avec vous. Il vous suffit de poster des commentaires. Et si vous voyagez dans les parages faites-le moi savoir, via le blog.


Au fil de mes voyages en Asie

Articles les plus consultés

jeudi 22 novembre 2012

Jeudi 22 Novembre 2012 - JE SUIS EN BIRMANIE - Mandalay (1)

Bangkok - Départ pour l'aéroport de Don Muang

Nous avons mis le réveil vers... 6 hres je crois, enfin c'était très tôt. Nous avions été en contact avec un taxi la veille, juste dans la Phra Athit devant l'hôtel et nous lui avons demandé son prix, car à l hôtel c'était un prix pas normal, aussi cher que Suvurnabhumi alors que Don Muang est beaucoup plus proche en distance. Don Mueang, c'est désormais l'aéroport de base d'Air Asia.

Le vol Air Asia pour Mandalay décolle à 08H50 (FD 2760). En fait, c'est la première fois de ma vie que je prends Air Asia, eh oui !

Le vol a été réservé de France par internet il y a bien longtemps. Heureusement, car depuis son prix a doublé sur internet actuellement.

Dès que j'ai su qu'Air Asia allait lancer à partir du mois d'octobre la ligne Bangkok-Mandalay, et que j'ai vu les "sold out" s'accumuler sur leur site, j'avais décidé d'acheter. Je n'avais même pas encore acheté mon vol international !


En arrivant directement à Mandalay, 710 km au nord de Yangon, cela me fait éviter les 16 hres de bus de nuit, entre Rangoon et Mandalay, de la fatigue, un trajet gare routière-ville, une nuit d'hôtel à Yangon...

J'ai fait sonner le réveil à 6H13, j'ai demandé à ce que l'hôtel me réveille à 6h15, et on avait décidé que tous, on s'appellerait par le téléphone, pour vérifier qu'on était bien réveillés.

Alors je ne vous dis pas le nombre de sonneries de téléphone qu'il y a eu ce matin dans ma chambre.

Taxi pour Don Muang

Jusqu'à un appel sur mon téléphone mobile, que j'ai cru forcément venir de l'un de mes compagnons, et j'ai lancé "suis réveillée c'est bon..." en français. Et non... c'était ... le chauffeur de taxi avec qui, la veille, on avait fait un deal pour qu'il nous vienne nous chercher ce matin à 7h45, et nous emmener à l'aéroport de Don Muang, pour 400 bahts. Parce qu'à l'hôtel, le tarif du taxi n'est pas à mes yeux normal. Ils comptent le même prix de base pour une distance qui n'est pas du tout la même entre Don Muang et l'aéroport Suvurnabhumi ... Pour Don Muang l'hôtel compte 390 bahts + 105 bahts d'autoroute... Le taxi négocié directement nous proposait 400 bahts tout inclus.

Et voilà que le chauffeur m'appelle sur mon mobile, en me disant "est-ce que cela ne vous dérange pas si c'est un ami taxi qui vient vous prendre ?"  Evidemment j'ai dit oui, j'ai demandé le nom du chauffeur (Somsak) et le numéro du taxi.

Bon, dès que je sors de l'hôtel les taxis se précipitent sur moi, et je demande le nom des chauffeurs. Un chauffeur me dit "Somsak". Ok ! Mais il se fait que tout le monde s'appelle Somsak, ou presque, en Thaïlande !!! Et ce n'était pas le bon taxi, celui que l'on a commandé. Heureusement j'ai demandé s'il connaissait l'autre, celui avec qui on avait fait affaire hier. Et en effet le bon Somsak, il était juste, là,  devant.

Au final, ça s'est bien passé, on a payé 400 bahts, on est arrivé à l'aéroport à 7h45, oui une heure à l'avance comme prévu.

Check-in difficile

Nous avions réservé nos places sur le site, et comme je n'étais pas bien habituée à Air Asia, je crois qu'on aurait pu éviter les deux places à l'avant, les plus chères en résa, parce quelles sont choisies "par défaut". Mais bon, je ne savais pas.

C'est la queue au check-in qui a posé problème. Plein de familles de Chinois, et de familles d'Indiens.

Et ça s'engueulait, et des chariots de valises qu'ils avaient. Jusqu'à ce que ma co-équipière aille négocier avec les hôtesses, et qu'on nous prenne sur un autre check-in non encore ouvert, et où il n'y avait personne.

On a été vraiment juste dans les temps.

L'avion est un airbus A320.



Le vol Air Asia est parti à l'heure 9h10, et est arrivé à l'heure 10h 40.
J'ai acheté à bord un café... nécessaire ... à 50 bahts, c'est tout.

Notre équipage, thaï

La descente sur Mandalay




Le tremblement de terre  de Mandalay

Nous sommes un peu anxieux car, le dimanche précédant notre départ de France, un fort tremblement de terre a frappé la région de Mandalay, et la ville même de Mandalay.

Shwebo, dans la région de Sagaing, Sintgu dans la région de Mandalay, ont été les plus touchées. Patrick, qui était parti une semaine avant nous, m'avait écrit qu'il avait ressenti une secousse à Pyl U Win, pendant la nuit, une encore.

Le tremblement de terre s'est produit le dimanche 9 novembre, à 7 h 40 du matin !

L'épicentre était localisé à Thabeikkyin, à environ 130 km au nord de la ville de Mandalay, avec un foyer estimé à une profondeur de 20 km.

La Birmanie est un pays où les secousses sismiques ne sont pas rares. Un exemple en mars 2011, une secousse de magnitude 6,8 dans l'Etat Shan.

Mais cette fois-ci, on a parlé "du plus important tremblement de terre dans la région depuis 1991 !"

Alors évidemment en arrivant à Mandalay, on y pense  !

A l'aéroport de Mandalay

L'aéroport de Mandalay est un aéroport international. Il n'a été terminé qu'en 1999. Il est situé plutôt loin de la ville, à 45 km au sud. 

L'aéroport me semble assez petit. En tout cas dans la salle où l'on debarque, il n'y a personne d'autre que nous,  les passagers de notre avion. Les bagages arrivent rapidement.

Dans la salle de débarquement, ça a été un peu long pour avoir les bagages. Je suis allée aux toilettes et j'ai fait connaissance d'une Americaine, qui était en couple, et à qui j'ai demandé s'ils voulaient se joindre à nous trois pour prendre un taxi. L'aéroport est à 48 km, et il n'y a que des taxis.

Nous avons assez vite passé les formalités d'entrée, et nous avons changé de l'argent tout de suite après. 

Il nous faut changer de l'argent, des Kiaps ! Car il fallait payer le taxi en kiaps.

Il y a deux bureaux de change côte à côte, avec des taux de change différents, pas une énorme différence, mais je choisis le meilleur, qui n'est pas mauvais en fonction de ce que je savais au préalable sur le change de l'euro en kiaps, que j'assimilait à 1000 kiaps. Ici je le change à 1070 K pour un euro. Je décide puisque c'est un taux très correct, de changer un billet de 100 euros pour être tranquile. Je signale que jamais je n'ai jamais rencontré un change en Birmanie qui ait fait une difference de taux de change entre un billet de 100 euros ou un autre plus petit, car c'est ce qui était dit sur les forums. C'est faux.

Pour le taxi, il y a aussi concurrence. J'avais parlé à une fille en allant aux toilettes de l'aéroport, et lui avais proposé de se joindre à nous, elle et son copain. Nous, nous sommes déjà trois. On paye pour tout le taxi donc on a intérêt à être nombreux. A cinq, cela nous est revenu à 3,4 euros chacun.

Le fait que nous allions dans deux hôtels différents, eux et nous, a fait augmenter le prix de la course. Il y a tout de même une différence de prix entre les deux propositions que les taxis nous font, et nous choisissons le moins cher.

En sortant de l'aéroport, il faisait une de ces chaleur ! sèche, avec un ciel tout bleu. Un climat très différent de Bangkok, où il faisait très chaud pourtant, quand on en est parti.

L'hôtel Silver Swan

C'est nous que l'on dépose en premier. L'hôtel Silver Swan, réservé depuis la France, n'est pas des plus centraux, mais pas trop mal placé quand même.

Heureusement nous avions fini par en trouver un, logement, avant de partir de France. J'ai été épuisée d'avoir passé autant de temps à chercher un hôtel à Mandalay, à envoyer des mails restés sans réponse, ou avec des réponses négatives, à finir par téléphoner, à mille hôtels qui répondaient "we are full". Et cela un mois avant le départ, et pour une résa un jeudi, même pas un week-end  !


Le Silver Swan, un hôtel que j'ai trouvé via des recherches internet.

C'est un hôtel local, pas du type backpackers, pas beaucoup de charme à l'image, du genre architecture soviétique.

Au dessus du budget que je m'étais fixé (ça commence bien !). 
Alors nous avons décidé de partager la chambre.
36 $, mais petits déjeuners inclus.


Retrouvailles

Nous arrivons à l'hôtel. J'arrive sur les marches, un portier saisit ma petite valise. Un gars était sur le perron, et nous dit "vous êtes français ?"... Moi, je lance un "tiens un Français". Il reste planté là en face de moi, et me dit "je suis Patrick !"

On s'est connu via ma copine Dominique. Patrick devait partir en Birmanie en novembre, mes amis savaient que j'y partais aussi en novembre, ils nous ont fait entrer en contact. On ne s'était jamais rencontré vu qu'on n'habite pas dans la même ville, on avait juste discuté par téléphone avant nos départ. Mais Patrick et moi, nous avions un décalage de sept jours, ce qui était beaucoup.

Fabien, le gars qui nous a rejointes à Bangkok, est un ami de Patrick, et eux deux, aussi, avaient un décalage de sept jours. Fabien m'a retrouvée à Bangkok. Patrick a fait le maximum dans l'organisation de son trajet pour tenter de faire un bout de chemin en compagnie de son ami Fabien, et de nous rencontrer, malgré le décalage de ces sept jours. Fabien, lui, ne restait que 15 jours en Birmanie ....

On avait combiné de se retrouver à 19 hres à notre hôtel au Silver Swan. Patrick était venu plus tôt, il connaissait notre horaire de vol. C'est comme cela qu'on est arrivé à se retrouver, alors que je ne croyais vraiment pas qu'on y arriverait, avec une semaine de décalage.

Et c'est ainsi que nous avons passé les trois jours de Mandalay en compagnie des gars.

Fabien, après avoir passé une première nuit au même hôtel que nous, a rejoint Patrick, qui logeait à l'Unity Hotel, (hôtel que j'avais moi aussi contacté quand j'ai essayé de booker de France, et qui m'avait répondu qu'il était plein... et en fait !). En partageant une chambre à deux cela leur faisait une bonne économie.

NB : la chambre double au Silver Swan, quand même 36 dollars. L'Unity est un peu moins cher, moins de 30 dollars.

Tout s'est bien passé dans l'hôtel. Heureusement, car il était ... full pour aujourd hui ! On avait réservé,  re-confirmé etc etc.

Premier restaurant birman

Nous avons à peine laissé nos bagages dans la chambre. On a faim, il est midi bien passé. Patrick nous propose un restaurant birman près de son hôtel (le Unity). Un restau très local, réputé pour être bon.

Le Too Too restaurant
n°79/27 th street 7/75
C'est le premier dans la liste du Lonely Planet.

On arpente les rues, il n'y a pas de trottoirs, de la circulation, je suis crevée, il fait très chaud...

On commande un déjeuner.. traditionnel.

J'ai pris un chicken curry. Il y a plein de coupelles remplies de ??? qui arrivent sur la table, et encore, et encore. On se sert dans nos assiettes à partir de tout ça, c'est comme un buffet... sur la table. La viande était à mes yeux dégueulasse, parce que sur l'os, pas coupée, et tout était fort gras.



Bon, je n'aime pas du tout. J'ai trouvé tout ça gras, et lourd. Je pense que je ne vais pas aimer la bouffe birmane. Le prix : 3.5 € par personne avec un jus de fruit chacun, sinon c'était 2,5 (2500 kipas).

C'est ma première impression, et elle .... ne changera pas. J'ai beaucoup de mal à digérer ce repas.  

MANDALAY 

Je m'attendais à ce que j'avais lu : une ville grouillante, beaucoup de trafic, du bruit.... J'étais crevée (on s'est réveillé tôt, première fois que je me levais si tôt...), il fait très chaud, même pas pas eu le temps de reprendre une douche en arrivant à l'hôtel à Mandalay.

La ville

Mandalay est construite selon un plan géométrique autour du palais des derniers souverains birmans que le roi Mindon a fait construire à partir de 1857, pour commémorer le 2400 ème anniversaire de la mort de Bouddha. Car, selon une légende, Bouddha aurait indiqué au cours de sa visite en ces lieux, qu'il fallait y construire une ville pour l'anniversaire de sa mort.

Des rues au carré, des blocks à l'américaine, et des rues qui portent des numéros. Les 80 sont de haut en bas, et les 30... perpendiculaires, horizontales. Il n'y a pas de trottoirs. En tout cas sur la première artère que nous avons prise.



La ville de Mandalay, incarne l'âme du pays. Elle compte 700 monastères et pagodes et héberge 70 000 moines, plus de la moitié des moines du pays... La culture ancestrale est enseignée dans les pagodes.

Elle a été la dernière capitale de la Birmanie avant que les Britanniques ne choisissent Yangon qu'ils ont prononcée Rangoun.

Mandalay abritait autrefois une immense cité royale. Elle a été la dernière capitale royale entre 1860 et 1885, sous la dynastie Konbaung, avant la colonisation britannique. C'est le roi Mindon Min qui quitta sa capitale Amarapura pour fonder la ville en 1857 et y déplaça son palais.... dont il ne reste qu'une copie ainsi que les remparts.


Le roi Mindon (1808 - 1878) fut le dixième et avant-dernier roi de Birmanie, du 18 février 1853 à sa mort. Il passa la plus grande partie de son règne à défendre la Haute-Birmanie contre les menées britanniques et à essayer de moderniser son royaume.


Le carré noir que l'on voit sur la carte est le mur de l'enceinte du fort. Il est haut de 9 m et épais de 3 m, et mesure 1.6 km de chaque côté. L'enceinte est munie de créneaux et de tours et est entourée de douves, d'une largeur de 75 m.

Le palais royal de Mandalay se trouvait à l'intérieur du fort.

Complètement détruit lors de la dernière guerre mondiale, incendié par les bombardements anglais en 1945, il a été reconstruit. Mais cette reconstruction a été vivement critiquée... il s'agit d'une reconstitution récente qui n'a pas grand chose à voir, semble-t-il.

Reste le mur d'enceinte...
Voilà pour l'Histoire.


Aujourd'hui, Mandalay n'est plus que la capitale administrative de la division de Mandalay, alors que la nouvelle capitale du pays, c'est Naypyidaw, qui est située dans le même district.

Mandalay s'étend au bord du fleuve Irrawaddy, et au pied d'une colline qui lui a donné son nom.
Il y a environ un million d'habitants (et 2,5 millions pour l'agglomération).
La ville est restée un centre culturel et religieux du bouddhisme birman.

Pour découvrir le Myanmar, nous avons deux guides-papier + toute la doc que j'ai accumulée en dossiers, dans mon ordinateur.

Le monastère Shwe In Bin 

Il est déjà tard dans l'après midi, et je propose à l'équipe d'aller visiter un fameux monastère en teck, dont tout le monde a parlé dans les blogs. Je me dis que s'il y a une chose à voir, en peu de temps ici, c'est bien ce monastère.

Il se situe au sud-ouest, plus vers le fleuve. On y va à pied. Chaleur, fatigue !!!!
On a traversé des quartiers d'habitation, sympas. Les gens sont très tres accueillants sur notre passage.

On a marché vraiment beaucoup n'ayant qu'une petite indication sur la carte du Lonely.








Et on l'a trouvé. Je n'ai qu'à dire une chose : une merveille. Quand je l'ai vu, j'ai poussé un "Ah!" 
Ce grand monastère en bois est l'un des plus beaux de Mandalay. Il date de 1895. Il a été commandé par de riches marchands chinois. Le bois des balustrades et des corniches du toit est orné de motifs sculptés.













Pieds nus bien sûr, ça ne fait que commencer...




Le souvenir marquant de cette balade, a été quand une petite fille qui s'est mise à pleurer quand je l'ai prise en photo. Elle avait à la main une ombrelle, et a saisi son ombrelle en la dirigeant vers moi.

J'ai filmé.



VIDÉO


La nuit tombait, (et il y a très peu de lumière), Patrick qui est là depuis avant nous, m'a dit qu'il fallait avoir toujours une lampe dans son sac ici. On a re-traversé ces quartiers sympas, sommes arrivés dans les rues 83 etc, et 35 etc ... très compliqué parce que les numéros ne sont pas beaucoup indiqués sur les pancartes des rues, rares...

Moi, j'étais vraiment crevée. Patrick qui loge à une quinzaine de minutes de notre hôtel, nous  propose de s'y retrouver pour aller boire et manger. Moi je n'avais pas la force. J'ai décidé de manger dans ma chambre. J'ai acheté dans une pâtisserie une pseudo pizza individuelle ronde, et deux petites pâtisseries.  

Sans clé !

Les autres sont sortis... Je me suis retrouvée à mon hôtel avec en main la clé de la chambre de Fabian, qui lui, avait emporté par erreur... notre clé en la prenant à la réception ! Quand j'ai ouvert la chambre je ne trouvais pas ma valise, et jai reconnu son sac à dos violet !!! Obligée de faire ouvrir la porte de ma chambre avec la clé de secours de la réception, car Fabien était  parti  dîner, emportant la clé de notre chambre !

Dans ma chambre j'ai mangé.

On a un mini bar, payant bien sûr. Je me prends une grande bouteille de la bière birmane, la Myanmar, à 20000 kiaps, 2 euros. Elle est très bonne.

J'avais tellement de choses a réorganiser dans mes affaires, et j'étais tellement fatiguée. Je me suis couchée à 22 hres.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez-moi un message, un commentaire, car c'est la meilleure façon pour moi de communiquer et d'échanger avec vous. Et si c'est écrit "Aucun commentaire", soyez le premier (ou la) à réagir !

Si vous avez un compte Google, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante en étant loggué sur votre compte.

Sinon, choisissez "ANONYME".
Mais surtout si vous choisissez "Anonyme" PENSEZ A SIGNER VOTRE MESSAGE AU MOINS DE VOTRE PRÉNOM POUR QUE JE SACHE QUI M'ECRIT.

VOS MESSAGES M'ENCOURAGENT BEAUCOUP ET JE VOUS EN REMERCIE.